Histoire et Archives

Vendredi, 8 Octobre, 1982

Extrait : L’enfant du bal

De Michel Pruvot (Éditions du ROCHER, 2011)

Notre hommage à Madame Paule Hannedouche

(….)
Le 5 octobre 1982, je suis donc revenu à Abbeville avec ma Zagatto et Pierrot, lui, est remonté avec mon camion, mon matériel et mes prospectus la semaine suivante.
Évidemment je n’avais pas de pied-à-terre et c’est chez mes parents à Machy que nous nous sommes provisoirement installés le temps de trouver un logement sur Abbeville. La cohabitation a duré quatre mois.

Sur la croisière du Mermoz j’avais rencontré Madame Paule de la Belle Époque, Paule Hannedouche, native de Brailly Cornehote, et une amie de mon père. Dans la conversation, je lui ai expliqué ma situation et ma décision de rentrer sur Abbeville, dès la fin de cette croisière. Je n’avais encore rien de prévu et dans la foulée elle m’a proposé de m’embaucher pour trois mois dans son établissement de La Belle Époque à Briquemesnil. J’ai donc commencé le vendredi 8 octobre et je jouais tous les vendredi, samedi et dimanche.

Dès mon retour, j’ai rencontré Alain Warin, le patron de Radio Côte Picarde et le samedi 16 octobre j’ai commencé ma première émission de radio : « Sur un air d’Accordéon ». Cette émission se déroulait en direct tous les samedis de 9 heures à 11 heures et tous les mardis de 16 heures à 18 heures. Pour la promo, on ne fait pas mieux !
(…)
Je peux vous dire que cela a fait du bruit ; deux mois plus tard j’avais plus de cent élèves et ce fut le début d’une nouvelle histoire !
Afin de me changer les idées dans la tourmente de ce nouveau remue-ménage, je suis allé avec Nathalie voir mon idole Johnny Hallyday au Palais des Sports à Paris ; il y avait d’ailleurs la fille de Paule, Marie-José et son mari Joël le cuisinier de la Belle Époque.
Mon père n’était pas au mieux. …

Référence https://books.google.fr/books?id=Hj0PDQAAQBAJ&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

Dimanche, 22 Décembre, 1985

“L’Abeille de la Ternoise”

Hommage à René Cacheleux et Françoise Hocquinghem.

Par cet après-midi hivernal ensoleillé, du 22 décembre 1985, pour leur dernière sortie annuelle, sous la conduite de leur dévoué président M. Cacheleux, 5 adhérents du club du 3ème âge d’Auxi ont effectué en car le délassement au restaurant-cabaret “A la Belle Époque” à Briquemesnil.
Ils remercièrent sincèrement Mme Françoise Hocquinghem et M. Régis Renoncourt d’avoir accepté de les honorer de leur présence en tant qu’adjoints au maire.
L’accueil est toujours aussi chaleureux chez Mme Paule, directrice de la troupe qui a été heureuse de retrouver parmi le groupe des Auxilois quelques visages connus et faire un brin de causette avant le début du spectacle (Mme Paule est d’origine auxiloise).
Que d’agréables souvenirs retrouvés grâce au talent des musiciens et à l’entrain des interprètes de chansons du bon vieux temps que le nombreux public se fit un plaisir de rythmer et de reprendre en chœur les refrains.
Les convives firent honneur au repas soigné et servi par un personnel qualifié.
Des airs entraînants ont permis aux amateurs de danse d’évoluer sur la piste.
Le temps s’étant écoulé comme par enchantement, l’heure du retour arriva hélas! trop vite au gré de tous.

Référence http://www.cercle-historique-auxi.fr/article-le-club-3eme-age-a-la-belle-epoque-en-1985-117559914.html

Samedi, 15 Juillet, 2000

Spectacle d’époque à Briquemesnil-Floxicourt

Au cabaret
Sous l’enseigne aux néons roses, derrière les vitres teintées et les rideaux rouges se cachent un trésor. Celui de Jean-Louis Albitti, patron du cabaret La Belle Époque “, îlot festif installé sur la petite, toute petite commune de Briquemesnil, à dix-sept kilomètres d’Amiens. Ancien bal musette, autoproclamé ” temple de la chanson française “, il accueille, plusieurs fois, par semaine comités d’entreprise, associations, mariages et même quelques particuliers venus goûter au charme heureusement pas trop discret des nuits briquemesniloises.

Dès le palier franchi, le spectacle commence. Entouré de plusieurs musiciens, un sosie de Coluche, nez rouge et salopette bleue, accueille les convives à coup de bons mots. Quelques mètres plus loin, un présentoir en bois propose, pour 80 francs, ” votre portrait sur une bouteille “, cuvée ” Belle Époque ” bien sûr. Plus loin dans la salle, deux grosses boules argentées scintillent au plafond, éclairant de mille feux des tablées pleines de promesses. Très engageantes aussi, les photos des spectacles précédents qui décorent les murs et les rideaux lamés or, dressés devant la scène.

Ce soir, on célèbre un mariage. Pour ceux qui n’auraient pas reconnu les heureux élus, deux cours de papier rose flottent au-dessus de leur tête. Comme il se doit, la mariée ouvre le bal avec son père. Mais la maman, visiblement pleine d’énergie, suit de près. ” Elle a mis des Duracell, c’est pas possible ! ” lance le sosie de Coluche, faussement étonné. Et le répertoire défile. Mimi peau d’chien, Le travail, c’est la santé, la Chanson de Lara, etc. Il y en a pour tous les goûts (ceux que l’on trouve dans son assiette ne sont pas des plus subtils). Fred, le serveur aux multiples talents, est transfiguré dans son costume de scène orange et noir ” formi-formidable “. Virginie, frou-frou sur les épaules et tour Eiffel sur la tête, chante Paris, je t’aime ou ” c’est un vrai grin-ga-let, aussi laid qu’un basset, mais je l’ai-ai-me ! “. Jean-Marc (ex-Coluche), a, lui, pris de la poitrine et enfilé la robe (blanche à pois rouges) de meilleur grimpeur du Tour de France. Dans ses escarpins jaunes à petits nouds, il (elle ?) entonne le fameux air de Bizet : ” L’AAAAmour…, l’AAAAmour… ” et dévoile, à la fin de la première tirade, une paire de larges cymbales solidement accrochées à ses cuisses velues… Et ce n’est pas tout. la Salsa du démon est endiablée, le Tango corse délicieusement soporifique, Lili Marlène plus aguicheuse que jamais.

Le spectacle achevé, la piste de danse s’offre à nouveau aux couples impatients. Les cravates se dénouent, les boutons sautent. Mains sur les hanches, têtes dans les nuages, une autre fête peut débuter. ” Regarde, regarde, souffle une jolie rouquine à son partenaire de tango. Même mon père, il danse ! ”

A.F.


Référence sur https://www.humanite.fr/node/230772

Jeudi, 27 Juin, 2013

Le voyage des aînés

Ce jeudi 27 juin,  80 aînés d’Epehy ont répondu à l’invitation du CCAS et de la Municipalité. Ils ont pris le car à 10 h 30 pour retrouver « La belle époque », celle de leur jeunesse ! En effet, ils sont allés à Briquemesnil pour un dîner spectacle au Cabaret justement appelé    ” la Belle Époque” !

Là-bas, ils ont pu apprécier un bon apéritif suivi d’un repas non moins excellent. Il est vrai que nombre d’entre eux, pour faciliter la digestion, allaient régulièrement sur la piste de danse, invités par le chanteur Maison.

Ensuite vint le spectacle de deux heures non-stop avec des chansons des années 50-70, des chansons qu’ils ont fredonnées avec plaisir, leurs chansons préférées puisque ce sont toujours celles de sa jeunesse que l’on préfère ! Et puis le spectacle s’est terminé par un French Cancan endiablé qui a conquis toute la salle.

Enfin ce fut le retour sur la piste de danse jusqu’à 18h avant de regagner le car. Tous sont rentrés fatigués mais contents de cette magnifique journée sous le soleil,  qui plus est, ce qui est exceptionnel pour cette année.

Référence epehy.jimdo.com/les-manifestations/voyage-des-aînés-2013/

Prenez un temps d'avance en vous abonnant à notre Newsletter !
Vous ne recevrez pas plus d'un mail par mois !

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !